Une auteure

Une auteure avec un « e »

Le choix du terme « auteure » n’est pas anodin. Lorsque j’ai crée ma page Facebook, on commençait tout juste à féminiser les noms qui étaient exclusivement masculins jusque là. Ainsi, le terme « autrice » n’était pas encore largement diffusé et j’ai voulu marquer le féminin d’une des manières dont cela se fait traditionnellement en français, en ajoutant un « e » à la fin. Pour connaître un peu mieux l’histoire de la féminisation du terme, je vous recommande cet article très clair sur le sujet.

https://www.franceculture.fr/litterature/autrice-la-tres-vielle-histoire-dun-mot-controverse

Une auteure avec une histoire

Avant de commencer à écrire, j’ai commencé par lire. J’ai toujours été une dévoreuse de livres et ce, depuis mon plus jeune âge. Le plus ancien de mes souvenirs d’écrivaine se situe à la fin des années 80, j’avais rédigé dans un petit carnet, le scénario et la mythologie d’un jeu de rôles auxquels nous jouions avec mes frères, ma sœur, mes cousins et ma cousine. Il ne s’agissait que de quelques pages qui s’inspiraient de la mythologie grecque et des super-héros. C’est lorsque je suis entrée à la fac que j’ai rédigé ma première nouvelle « Une mauvaise affaire », une histoire de pacte avec le diable. D’autres nouvelles ont suivi, essentiellement du genre fantastique.

La naissance des Marqués

Historienne de formation, j’ai beaucoup étudié les rites et les croyances autour de la conception et de la naissance au cours des âges. Ainsi, lorsque mon troisième enfant est né avec une tâche de naissance sur la cuisse, toutes ces superstitions me sont revenues en mémoire et l’idée des Marqués avec. Il ne me restait plus qu’à développer l’univers et l’intrigue dans lesquels mon idée allait évoluer.

L’envie de partager mon univers

Je termine la rédaction de mon premier opus en 2012, mes trois premières lectrices m’en font une belle critique et surtout, me demandent une suite. Pendant quelques mois je diffuse autour de moi mon histoire. Des proches puis des moins proches la lisent. Les retours positifs me motivent à auto-publier ce roman. Les attentes d’une suite de la part de mes lecteurs m’entrainent à rédiger le deuxième opus. Je réédite alors le premier tome et lance le second via Amazon, on est en 2019. Début 2020, je prends suffisamment confiance en mon histoire pour avoir envie de la diffuser. Je me lance donc dans une grande opération de promotion via les réseaux sociaux et par l’inscription à différents salons du livre pour les mois à venir. La dernière étape est la construction de ce site qui va permettre à mes lecteurs d’être tenus informés de l’actualité de mon travail.


Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *